Tuer la Mère

Il te faudra tuer la Mère. Celle que tu as eu.. Celle que tu aurais aimé avoir.. Celle que tu pensais être.. Celle que tu ne seras pas.. Il te faudra La tuer ou Elle le fera.. Les regrets, les remords, la colère vont grignoter le peu d’énergie que tu auras… Et les pleurs t’achèveront. Tu dois accepter ce que tu es, ce que tu fais. Et décider de quel côté tu iras maintenant.

Dans la réalité, rien ne se passe jamais comme on le pensait… Calculer nos faits et gestes pour que tout aille dans le bon sens.. ça ne marche pas.  Le passé peut prendre trop de place, le présent ne pas être satisfaisant et le futur trop embrumé.. On ne sait pas, on ne sait plus.. Ce qu’on doit faire.. Ce qui est important.. Ce qui ne l’est pas. On a toujours eu une certaine idée de ce qu’on est, ce qu’on sera ou de ce qu’on ne veut pas être.. Et un jour, une espèce de vague géante nous submerge. Un petit être arrive et tout est remis en question.

“Avant, j’avais des principes, maintenant, je suis parent” “Avant, j’avais des certitudes.. Avant, je pensais que je serai LA meilleure.” Heureusement… Il y a le pilote automatique.. Celui que la société nous offre, bien pratique, bien utile… Et puis, un jour, il est en panne… Et à nouveau, on est dans le flou.

Tous les parents n’ont pas cette problématique.. Tous les parents ne cherchent pas à se libérer du passé pour pouvoir évoluer. Mais il y en a sur qui ça tombe.. Comme ça.. Sans crier gare.. Ils se retrouvent avec un bagage bien lourd à porter, si lourd qu’être parent soi-même devient un fardeau. Un fardeau que l’on se retrouve à porter seul. Parce qu’il faut repartir travailler… Il faut bien gagner de l’argent pour pouvoir survivre.. Parce que la famille est loin.. Si proche pour imposer sa manière de faire, de voir.. Mais si éloignée pour soutenir. Parce que les amis n’auront pas eu la même expérience, ou pas le temps, ou ne seront que des copains.. Parce qu’il y aura toujours un professionnel, de santé ou de l’enfance, pour apposer une étiquette sur ce qui se passe. Seul parce qu’il y aura toujours quelqu’un pour juger. Mais personne pour écouter. Seul parce que la culpabilité isole; parce que la tristesse dévaste et la colère détruit.

Non, tu n’es pas le parent que tu pensais devenir. Et il est temps d’en faire le deuil.  Cesses de courir après un idéal qui n’est pas le tien.. simplement parce qu’il n’est fait pas “sur-mesure”… Il ne tient pas compte de… Toi. Tu peux lire des livres, aller à des conférences, participer à des formations… C’est bien de s’informer, c’est toujours bien de savoir. Ensuite tu pourras tout mélanger à ta sauce. Alors… Il y a un temps pour pleurer.. Et, en fin de compte, ce qui importe, c’est aujourd’hui et ce que tu vas en faire. Tu auras sans doute un peu plus d’efforts à fournir que d’autres.. et c’est ok. Fais ce que tu peux, avec ce que tu es. Libère toi petit à petit de tes croyances, de tes cauchemars, de tout ce qui ne te fait pas du bien. Privilégie le bon autour de toi.

Respire.

D’une manière ou d’une autre… ça va aller.

2 commentaires

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s