Les droits à l’Assurance-Chômage ont évolué!

Qui n’a pas rêvé un jour de pouvoir démissionner de son job sans avoir à se préoccuper du futur? Il y a forcément eu un moment où cela a fusé dans votre tête! Ne serait-ce que 5 secondes.. “Marre de ces gros … nazes..! Allez tous vous … faire … cuire un oeuf..!!!” Se lever, aller chercher ses affaires, se diriger vers la porte et.. “Ciao la compagnie, Salut l’ANPE!” Avant, on ne pouvait pas… Mais aujourd’hui

Si ça fait 5 ans que vous êtes dans la même entreprise, si vous avez un projet de reconversion ou de création/reprise d’entreprise, si vous avez fait une demande de CEP (Conseil en évolution professionnelle), si vous avez adressé à une commission paritaire une demande d’attestation du “caractère réel et sérieux” de votre projet… Si dans les 6 mois, vous avez déposé une demande d’allocation à Pole Emploi qui contrôlera la mise en œuvre réelle du projet… Bah.. Non.. En fait.. Vous le ferez quand même pas.. Plus dissuasif tu meurs, surtout quand on sait la lenteur (et les erreurs) des administrations concernées… Apparemment, le but est d’éviter les départs sur un coup de tête.. C’est réussi.. émoji 👊, émoji 👍; hashtag #tulasdanslecullulu

Alors, bon.. C’est vrai.. à l’origine, c’est à dire telle qu’on la connaît à peu près, l’assurance-chômage, née en 1958, a été créée pour indemniser une personne ayant perdu son salaire… Pas sous le tapis, hein.. Perdu, perdu.. Perdu genre licencié ( hashtag #onveutplusdetoi!dégage), viré quoi… Là où ça cloche un peu.. C’est dans le terme assurance… Et oui.. Parce que quand on cotise pour une assurance, on peut penser qu’en cas de coup dur, ladite assurance sera là et bien là.. Faites donc un tour sur  Wikipédia ou sur le site de l’UNEDIC…  Donc, les syndicats et les organisations d’employeurs, sympas, se sont réunis pour mettre en place cette “assurance” pour les salariés involontairement privés d’emploi, sous conditions: D’abord, il faut avoir travaillé un certain temps avant de toquer à la porte de Polo.. (ce point-là, il a évolué pas plus tard qu’hier), et puis, il faut rechercher activement du travail et pouvoir justifier de sa recherche (et pas juste traverser la rue ;-). Il faut ne pas être grabataire (vu que l’âge de la retraite est sans cesse repoussé), avoir été licencié ou avoir conclu une rupture conventionnelle, habiter en France… Entre autre..

Mais il y a cette idée bien ancrée dans la tête des gens qu’un chômeur profite d’un système bienveillant… sourd et aveugle qui accorderait ses largesses à n’importe qui.. Si c’était si simple, plus personne ne travaillerait… Un chômeur indemnisé n’a pas volé son allocation.. Il a travaillé, il a payé des impôts, alors il a cotisé.. Il n’a, à priori, pas choisi d’être sans-emploi… Bien sûr qu’il y a des abus.. En tout et pour tout, vous trouverez toujours une exception qui confirmera la règle.. Mais pourquoi en faire une généralité? Pourquoi choisir cette angle de vue? Parce que ça rime? Chômeur= profiteur?

Est ce qu’on pourrait envisager qu’une période de chômage n’est pas nécessairement l’éclate? Est-ce que ce serait trop demander de ne pas l’enfoncer et de l’aider à voir ça comme une chance de se réorienter ou de se spécialiser.. ? Ou juste de souffler et se retrouver?

Il faudrait peut-être voir le tableau dans son ensemble… Une vie professionnelle ne se résume plus en une route toute droite et bien tracée.. Il s’agit plutôt d’un chemin, chaotique parfois, mais enrichissant qui nécessite en alternance des pauses, des sprints mais surtout de l’endurance.. Si vous avez quelqu’un sur le bas côté qui, au lieu de vous encourager à gravir cette pente si ardue, vous explique qu’il vaut mieux abandonner alors que votre rêve c’est d’arriver tout là-haut.. Est ce qu’il n’y a pas comme un problème? En moins d’un siècle, le statut de la femme au sein du foyer, comme de la société, a énormément évolué.. La parentalité ne se vit plus de la même manière.. Tout cela ayant évidemment une incidence sur le couple. Le papa d’aujourd’hui a besoin de plus d’une dizaine de jours de congé pour découvrir et vivre sa paternité; la maman M+1 est partagée entre sa vie professionnelle qu’elle veut égale à l’homme et le déchirement de laisser son nouveau-né à des étrangers au bout d’à peine plus de 2 mois… Sans parler du congé parental qui signifie une grosse perte financière tout en permettant d’être (trop ?) présent pour son/ses enfant.s.

Quand on a 20 ans, on n’envisage pas le travail de la même manière que lorsqu’on vieillit, qu’on devient parents, ou quand les enfants ont grandi.. Notre disponibilité n’est pas la même, mais aussi nos besoins, notre envie, notre physique, notre curiosité (oui), notre engagement… tout cela évolue, fluctue au fil des saisons de notre Vie… Penser que l’on peut demander à une personne le même investissement tout au long de sa vie, et lui appliquer des stéréotypes liés à son sexe ou à son orientation sexuelle, sa couleur de peau, son lieu de vie, ou même à son âge, sa fécondité, sa ménopause… ce n’est pas vivre dans le réel. Réduire son expérience, son projet de vie à un tout petit rien, un détail.. Lui appliquer une sorte de recette miracle censée mener au Graal: l’embauche en CDI.. C’est faire du prêt à porter quand il faudrait du sur-mesure… Ce n’est pas humain, c’est rétrograde.

Voila.. Les droits à l’assurance chômage ont pris une nouvelle direction hier… Et ce n’est pas dit que vous les croisiez un jour..

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s