A demain!

Il est parti en lançant dans la pièce “à demain!” Mais ça ne voulait rien dire.. Tout le monde peut partir en disant ça…Comme s’il était certain de revenir, comme si demain ne manquerait pas de le revoir.. C’est banal et ça endort toute méfiance.. A demain… Qu’est que ça veut vraiment dire finalement? “Demain, je me lèverai après une bonne nuit de sommeil et je serai de retour.. Je serai là et tu me reverras. Je ferai ce que j’ai à faire et nous serons contents..” Mais la Vie.. Mais la Nuit.. et le Jour… Il n’est pas revenu. Nul ne sait où il est. Personne ne sait s’il en reviendra. Ceux qui restent doivent vivre avec son absence, devenue omniprésente.. Et des questions en suspens. On ne sait pas pourquoi il a fait ça.. ou on le devine.. ou on le pressent.. Parce que, mine de rien, on savait.. Parce que cela faisait quelques années qu’il trainait ça.. Et même s’il ne s’imposait pas, on voyait bien.. Que ça n’allait pas.. Avait-on seulement envie de creuser plus loin qu’un café offert, qu’un coup de fil rapide ou un conseil imposé?

On n’a jamais le temps.. ou on ne le prend pas.. ou on n’a pas envie.. On a tous nos zones d’ombres et une charge sur les épaules.. Pourquoi porter celle d’un autre? Et de toute façon, le pouvons-nous vraiment? Alléger un fardeau, pour le poser ailleurs.. loin.. Pour qu’il puisse prendre un peu de hauteur et voir qu’il est bien petit, vu de là-haut. Et puis, on s’est laissé emmener par le quotidien et débordé par une Vie un peu trop fatigante, un peu trop remplie.. On s’est dit qu’il serait toujours temps, demain… Demain… ou un autre jour.. ou plus tard..

Il est parti en lançant “à demain!”, 2 petits mots, attendant d’être saisis au vol, suspendus dans la pièce, qu’il aurait fallu attraper et ne plus lâcher pour qu’il reste encore un peu..

Le 10 septembre dernier, c’était la journée mondiale pour la prévention du suicide et le 25 septembres, à Brest, il y a les 51emes journées du GEPS. On connait tous quelqu’un qui va bof, qui va mal.. quelqu’un qui théâtralise la chose.. ou qui se bat au quotidien pour ne pas y penser, pour ne pas passer à l’acte.. Peut-être que c’est nous.. Peut-être qu’on s’en doute.. Peut-être qu’on l’a vécu ou qu’on l’a rêvé..

Il y a trois fois plus de suicides “réussis” que de décès par accident de circulation… Ces morts sont évitables, il suffit parfois d’une main pour relever, d’une oreille pour écouter, en tout cas d’une présence sans jugement.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s