Demain… J’arrête…

Si le 31 décembre est connu comme le loup blanc au pays des résolutions… La période estivale l’est moins et pourtant, elle est incontournable! Allez! Soyez honnêtes! Quand l’été s’annonce, on commence à y penser, l’air de rien.. Et quand il est franchement là: on fouille dans sa penderie… on regarde le paquet neuf de cigarettes… le carton de bouteilles vides… ou le relevé bancaire pas assez rempli.. Le portable trop présent..

Finalement, on ne cesse jamais de se sentir coupable.. Coupable d’être trop connecté.e, trop gourmand.e, trop flemmard.e, pas assez riche, pas assez bronzé.e, pas assez “liké.e”.. En été, nos imperfections nous sautent aux yeux, peut-être parce que c’est le moment où l’on se dénude plus facilement (canicule oblige), la période la plus sociable (apéro oblige), les nuits sont plus courtes, les jours plus longs.. Et nos “défauts” restent toujours les mêmes..

Traditionnellement, les enfants font leurs devoirs d’été, les adultes s’achètent des mots fléchés, des sudokus et des romans policiers ou à l’eau de rose… Comme si au bout de 3 semaines de vacances, que l’on débute éreinté.e, nous pouvions retenir le vocabulaire de ces revues et vivre le grand frisson de l’aventure romanesque. Aujourd’hui, résolution rime avec obligation.

La définition de résolution est multiple: pour un mathématicien ou un médecin, ce terme indique qu’un problème aura sa solution; pour un avocat,il est synonyme de destruction.. Pour nous, simples mortels, on retiendra qu’il s’agit avant tout de décider volontairement d’accomplir quelque chose, après réflexion.. c’est également une qualité quand on ne se laisse pas détourner du but atteindre. Est-ce qu’une vraie résolution est très différente d’une bonne habitude? Il y a cette notion d’effort dans les deux et pourtant, la première sonne plus dynamique quand l’autre ressemble à un bonnet de nuit. L’une pourrait être plus difficile à appliquer, vécue peut-être plus violemment quand la seconde demanderait juste un peu d’endurance.

C’est peut-être une question de vocabulaire, une manière de voir les choses, une question de société.  Et comme on arrête pas le progrès, vous trouverez plusieurs applications, qui vous aideront à tenir vos promesses…

Quoiqu’il en soit, il est peut-être temps de lâcher un peu du lest, être tendre avec soi-même, se regarder dans un miroir et n’y voir que le résultat d’une Vie et non un listing de reproches. Et si, on arrêtait de s’invectiver, de se donner des objectifs inatteignables, ou simplement des obligations ridicules censées nous faire du bien.. Vivre pour soi, pour ceux qu’on aime.. Pour vivre. Se laisser aller à la tendresse, à la paresse, à l’ivresse de l’instant… Oublier le reste du monde… Et accepter… Accepter d’être aimée de loin ou de près.. Accepter d’aimer… et de s’aimer soi..

La meilleure résolution sera intemporelle, ne se souciera pas des saisons ou des impératifs sociétaux.. La résolution qui sera la plus facile à tenir et en même temps la plus ardue, sera celle qui respectera avant tout celle/celui qui la prend. Elle respectera en premier lieu l’être humain qui ressent le besoin de s’écouter au plus profond de son être et prendra son temps. Parce qu’on le sait, n’est ce pas?.. Quand on tombe dans l’excès.. ou quand on n’en a pas envie..

Penser que l’on peut se forcer ou exagérer, c’est croire que l’on peut échapper aux conséquences… Mais il y en a toujours, qu’elles soient physiques ou intangibles, immédiates ou différées. Tout a un prix… Alors, cet été, lâchez vous la grappe!

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s